Le 14 septembre 1960, premier coup d’Etat militaire du colonel Joseph-Désiré Mobutu.

CE JOUR-LA… 14 septembre, comme aujourd’hui…

Le 14 septembre 1960, premier coup d’Etat militaire du colonel Joseph-Désiré Mobutu.
Tout commence le 5 septembre 1960 lorsque les deux leaders congolais (le Président Kasa Vubu et son Premier ministre Lumumba) s’empoignent. La dyarchie instaurée au sommet de l’Etat entre le Président de la République et le Premier ministre par la loi fondamentale (Constitution de 1960) élaborée par le Parlement belge pour servir de cadre juridique provisoire, avant l’adoption d’une Constitution rédigée par les congolais eux-mêmes, élabore un système fédéral complexe. D’où la confusion qui régnait entre les deux hommes : Kasa Vubu qui prétend avoir révoqué Lumumba et Lumumba qui, à son tour, prétend avoir révoqué Kasa Vubu. Après une semaine de cacophonie au sommet de l’Etat, le Parlement congolais décida de se réunir le 13 septembre en vue de statuer sur la crise et sa décision etait sans appel : Kasa Vubu et Lumumba doivent conserver leurs fonctions respectives.
Le lendemain, 14 septembre, en début d’après-midi, le Président Kasa Vubu réagit en désignant le colonel Joseph-Désiré Mobutu comme commandant en chef de l’armée. Quelques heures plus tard, à 20h30, Mobutu exécute son “premier” coup d’Etat. Il déclare la “neutralisation” des politiciens et affirme : “il ne s’agit pas d’un coup d’Etat, mais d’une simple révolution pacifique afin de rétablir l’ordre”. Mais cependant, le Président Kasa Vubu est rappelé à la tête de l’Etat congolais. Le ministre-adjoint des affaires étrangères de l’URSS (Valerian Zorine) protestera auprès du secrétaire général des Nations Unies et Patrice Lumumba dénoncera le comportement de Mobutu… mais rien ne sera fait. En réaction, Mobutu fermera les ambassades des pays socialistes, l’Union soviétique et la Tchécoslovaquie, donnant 48h à leurs diplomates de quitter Léopoldville (Kinshasa). Mobutu réclamera, par la suite, le retrait des troupes ghanéennes et guinéennes à cause de leur soutien direct à Lumumba. Quelques jours après, la traque de Lumumba était lancée. Pour bien d’observateurs de la politique congolaise, ce coup d’Etat de Mobutu ce14 septembre 1960 marque un tournant de l’histoire congolaise, notamment l’assassinat de la jeune démocratie congolaise et le sabotage de l’indépendance congolaise acquise avec tant de sacrifices et souffrance.

Laisser un commentaire