Le 9 janvier 1965, inauguration du Centre d’Entraînement de Kitona (CEKI). 

C’était dans le cadre de la réorganisation de l’Armée Nationale Congolaise (ANC). L’inauguration avait été présidée par le Président Kasa Vubu, le Premier ministre Tshombe et le Général Mobutu. En effet, la Belgique, après avoir donné l’indépendance à la RD Congo, avait accepté de fournir un personnel qualifié pour créer un centre d’entraînement commando en RD Congo. Le Lieutenant Gaston Bebronne et une équipe d’instructeurs Para-Commandos furent envoyés au Congo à cet effet. Ils bâtirent à Kitona un camp militaire disposant de logements, de pistes d’entraînement (cordes et obstacles), de voies d’escalade et même d’un terrain d’atterrissage pour C-130. La direction du centre fut confiée au congolais Eluki Monga Aundu, alors lieutenant et officier S3 chargé de l’organisation, instruction et opération. 1.650 nouvelles recrues congolaises furent admises à cette première promotion, encadrées et entraînées par 62 officiers belges.
Le Centre d’Entrainement de Kitona avait été mis en place en considérant l’immensité de la RD Congo qui imposait la nécessité d’avoir un nouveau régiment formé au saut en parachute. Pour des raisons d’homogénéité, il fut décidé que toutes les personnes qui passeraient par ce centre recevraient l’une des deux formations : para et commando, qui ne se différenciaient que par la couleur du béret (rouge ou vert). En 1966, il sortit de ce centre le premier Bataillon Para-Commando. A partir de ce jour-là, l’entraînement commando fonctionna de façon continue jusqu’en 1990, année où la Belgique avait suspendu son aide technique militaire au Zaïre.

Laisser un commentaire