Le 9 octobre 1967, Che Guevara est assassiné par l’armée bolivienne. 

La veille, Ernesto Che Guevara, qui se fait déjà appeler “Ramon” depuis qu’il s’est lancé dans une nouvelle guérilla en Bolivie, venait de lancer une attaque dans la localité bolivienne de Churo recouverte de montagne désertique. Il est à la tête d’un groupe de 25 guérilleros contre un bataillon de rangers boliviens commandé par le capitaine Gary Prado. Vers minuit, les armes se taisent, puis Che Guevara et ses hommes décident de dormir dans un champ de patates en bordure d’un torrent et au pied d’un énorme figuier. Mais tout va basculer lorsqu’un paysan qui dormait là pour surveiller ses semences les entend. Le gouverneur avait promis une prime de 50.000 Boliviano à toute personne qui aiderait à capturer le Che. C’est alors qu’il informe les autorités militaires boliviennes de la présence du Che et ses hommes.
Pendant que les guérilleros de Che Guevara dorment, leurs adversaires mettent le dispositif en place. Au matin, quatre pelotons de l’armée bolivienne les encerclent déjà. Soudain, les combats commencent : mortiers, mitrailleuses, grenades… se font entendre. Les combats durent jusqu’à 15h lorsque Che Guevara est blessé à la jambe. Son garde du corps (Willy) le hisse mais le Che ne peut plus bouger sa jambe et commence à étouffer à cause de ses crises d’asthme. Brusquement quatre soldats de l’armée bolivienne surgissent devant eux et les entourent : ils sont faits prisonniers. Ils sont alors conduits dans le petit village de Incara où le Che sera placé dans une des salles de classe de l’école du village, les mains liées. C’est là qu’il sera abattu d’une balle dans le cou.

Laisser un commentaire