Le 10 septembre 1977, Nguz Karl I Bond est condamné à la peine de mort.

Tout a commencé au lendemain de la première guerre du Shaba, vers juillet-août 1977. Nguz Karl I Bond, alors ambassadeur du Zaïre à Washington aux Etats-Unis, est rappelé au pays sous prétexte d’une mission “importante” et “secrète”. A son arrivée à l’aéroport international de N’djili, son passeport est confisqué et lui-même arrêté. Il sera accusé de complicité avec les maquisards du FNLC. Nguz Karl I Bond fut emprisonné et torturé et par la suite, appelé à comparaître devant la Cour de sûreté de l’Etat. C’est là qu’il fut reconnu coupable et finalement condamné à la peine de mort pour haute trahison.

Mais après une année de détention, après avoir “avoué” tous les abus que Mobutu lui reprochait et surtout à cause de la pression des bailleurs de fonds internationaux du Zaïre (on l’appelait “l’homme des américains”), Nguz Karl I Bond fut gracié et libéré. Et c’était parti de nouveau pour un mariage indéfectible avec Mobutu. A sa sortie de prison, il fut nommé, en 1979, Ministre des Affaires Etrangères. Puis, une année après (en 1980), il fut nommé Premier commissaire d’Etat (càd Premier Ministre), poste dont il démissionnera quelques mois plus tard pour prendre le chemin de l’exil, profitant d’un voyage à Bruxelles en avril 1981.

 

Laisser un commentaire