Le 4 novembre 1979, prise d’otages américains à Téhéran. La crise va durer 444 jours.

L’instauration de la République islamique d’Iran, marquée par la destitution du Shah (Mohammed Reza Pahlavi) et le retour du guide de la Révolution le 1er février 1979 (l’Ayatollah Khomeini) marque un tournant dans les relations entre les Etats-Unis et l’Iran. Tournant accentué le 4 novembre 1979, lorsque des assaillants se déclarant “étudiants musulmans dans la ligne de l’imam Khomeini”, investissent l’ambassade américaine de Téhéran et prennent en otages les 56 membres du corps diplomatique, dénonçant l’exil politique accordé par les Etats-Unis au shah d’Iran le 23 octobre 1979. Ils exigent son extradition en Iran pour répondre des crimes commis durant ses 38 ans de pouvoir.
Alors qu’au départ, les Américains estimaient que la prise d’otage était un “interlude excitant”, la crise va durer 444 jours. Le Président Carter finira par donner l’ordre de geler tous les avoirs officiels iraniens dans les banques américaines. Des négociations sont lancées dans la foulée. Le 29 novembre, trois otages sont relâchés mais le 12 décembre 1979, département d’Etat américain finit par expulser 183 diplomates iraniens; ce qui pousse le conseil de la Révolution à ordonner, le 14 janvier 1980, à tous les journalistes américains de quitter l’Iran en raison de leurs “reportages orientés”. Le 25 avril 1980, les Américains finissent par lancer une opération de libération des otages, mais elle échoue : 3 hélicoptères tombent en panne et un quatrième entre en collision avec un avion de transport de troupes, tuant huit soldats américains. L’ayatollah Khomeini y voit une punition divine. La pression se renforce pourtant toujours plus sur les Iraniens. Comme par un coup du hasard, le Shah meurt aux Etats-Unis le 27 juillet 1980. En septembre 1980, l’ayatollah Khomeini pose 4 conditions à la libération des otages : le retour de la fortune du shah, le dégel des avoirs iraniens aux Etats-Unis, l’annulation des demandes de dommages à l’Iran par les Américains et leur engagement à la non-ingérence en Iran. C’est seulement le 16 janvier 1981 que les deux parties parviendront à un accord général sur les conditions de la libération. Le 20 janvier 1981, les otages sont libérés une demi-heure après que Ronald Reagan soit officiellement devenu président des Etats-Unis.
 

Laisser un commentaire